Historique

Antoine Caubet 

Parcours artistique

Antoine Caubet, 59 ans, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Saint-Claud (section Histoire), crée sa première mise en scène Le Pupille veut être tuteur de Peter Handke au Lucernaire, à Paris, en 1985. Il fonde à cette occasion la Compagnie Théâtrale Cazaril. Acteur et tout jeune metteur en scène, il monte les années suivantes Les Estivants, de M.Gorki, une première version du Monologue de Molly Bloom d’après Joyce…

En 1990, il est en résidence au CAC de Corbeil-Essonnes où il monte Novembre ou Ame d’hiver, d’après les œuvres de Thomas Bernhard, Peter Handke, Heinrich Von Kleist, Heiner Müller, Rainer Maria Rilke, Sophocle, Botho Strauss, Christa Wolff, puis Les Suppliantes d’Eschyle qu’il traduit.

À partir de 1991, il s’installe à Juvisy-sur-Orge et crée avec Ch. Jehanin “Ancrages”, collectif de metteurs en scène. Dans ce cadre il crée Les Morts d’Othello – Visions d’Othello / William Shakespeare, Le Monologue de Molly Bloom d’après Ulysse de James Joyce avec Elisabeth Moreau et Si je t’oublie Jérusalem d’après William Faulkner en 1993.

Il crée Ambulance / Gregory Motton à « Théâtre en mai » / Dijon, spectacle qu’il reprend lors de sa résidence au Théâtre Gérard Philipe / Saint Denis, qui a lieu de 1994 à 1996 à l’invitation de Jean-Claude Fall. Il y crée quatre spectacles, Labyrinthes, une création collective “à installer partout”, L’Emastille du bol bleu / Thierry Paret et Antoine Caubet, Dramuscules / Thomas Bernhardt – autre “spectacle à installer partout” -, Montagne d’après La Montagne Magique / Thomas Mann et Electre / Sophocle dans le cadre d’Enfantillages 96.

En 1997, dans le cadre de l’Académie Expérimentale des Théâtres, il passe un mois à Moscou à l’école de Vassiliev puis, à l’invitation du Carreau, à Forbach, il présente Dans le fond de ton coeur je scay / Thomas Aron, digressions sur le vers racinien. 

Puis en 1999, aux Bernardines / Marseille, il crée D’Erre rive en rêvière, une petite forme (un seul comédien, lui-même) composée à partir du premier chapitre de Finnegans Wake de James Joyce, dont il traite le manque, la disparition, “l’empêchement de dire” suite à l’interdiction de l’ayant droit de Joyce à utiliser le texte sur un plateau. Ce spectacle sera recréé en 2012, date de l’ouverture des droits de Joyce au domaine public.

En octobre 2000, à l’Echangeur / Bagnolet, il crée avec Cécile Cholet une “fantaisie” pour deux comédiens, dont lui-même, intitulée Campagne dégagée, sur le texte du Woyzeck de Büchner et qui sera présentée ensuite au CDN d’Angers puis aux Bernardines / Marseille.

Octobre 2001, création au Maillon à Strasbourg de Sur la grand’route / Anton Tchekhov. Après avoir été présenté dans le cadre de « Mettre en scène » / Rennes (novembre 01), le spectacle fut un mois 

durant au Théâtre Gérard Philipe / Saint-Denis (janvier 02), puis au Théâtre Jean Lurçat / Aubusson, aux Bernadines / Marseille, au Théâtre Garonne / Toulouse.

Il adapte et met en scène La Pluie, d’après Rachid Boudjedra, spectacle qui est répété et présenté à Alger en mars 2003 et à Paris en octobre 2003 à L’Institut du Monde Arabe dans le cadre de « Djazaïr – une année de l’Algérie en France ». De plus il mène à l’INAD (le Conservatoire National Algérien) un travail sur Claudel avec les étudiants de deuxième et troisième année.

Acteur, il joue Golaud dans Pelléas et Mélisande de M.Maeterlinck sous la direction d’Alain Ollivier au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis et en tournée, en 2004 et 2005.

En mai 2004, il crée La Mi-Temps, d’un jeune auteur français, Jean-Paul Queinnec, au Théâtre des Bernardines à Marseille et au Festival « Frictions » à Dijon. 

A l’automne 2004, il est invité à Tokyo par le Setagaya Public Theater pour créer, avec 16 acteurs japonais, une pièce contemporaine japonaise de Aï Nagaï : Regarde l’aéroplane comme il vole haut dans le ciel. Jouée un mois à Tokyo, la pièce est en tournée dans les principales villes du Japon.

Puis il met en scène  Les Fusils de la Mère Carrar  de B.Brecht à Châlons-en-Champagne et à La Comédie de Saint-Etienne en janvier et février 2005, spectacle repris au CDN Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis en novembre 2005.

Pour la saison 2005-2006, il est invité, avec l’auteur Jean-Paul Queinnec, comme artiste associé du CDN de Dijon-Bourgogne où il crée A Voir avec la comédienne Cécile Cholet, puis Chantier Naval  de Queinnec en février-mars 2006, avant de le jouer à Marseille au Théâtre des Bernardines.

De façon régulière, Antoine Caubet a une activité de formation auprès de jeunes comédiens, en 2000 à l’Ecole du Théâtre National de Strasbourg, à Alger au Conservatoire national, puis plusieurs fois à L’Ecole de La Comédie de Saint-Etienne, à l’EDT 91 et à l’ESAD ces dernières années, ainsi que pour les Conservatoires de Grenoble et Caen.

À chaque association avec un théâtre, Antoine a toujours tenu à travailler sur la durée avec des groupes d’amateurs.  

Il mène aussi régulièrement une activité de formation auprès de comédiens professionnels dans le cadre de stages AFDAS, sur Le Soulier de Satin de Claudel en 2002, Shakespeare (Le Roi Lear, Hamlet, Othello) en 2003, Le Chemin de Damas de Strindberg en 2004, Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare en 2006 à  Dijon, et Feydeau :personnage, verbe et action à Paris en nov-déc 2006, De la littérature au théâtre, de Tchekhov à Levin, Requiem à l’automne 2010, puis Thomas Bernhard en 2012 au Théâtre de l’Aquarium à Paris.

Au printemps 2007, il a été à nouveau l’invité du Setagaya Public Theater de Tokyo pour y mettre en scène Variations sur la mort de Jon Fosse, en tournée au Japon après la création à Tokyo.

Il crée en juin 2008 Roi Lear 4/87 d’après « Le Roi Lear » de Shakespeare, une traversée de la pièce pour 4 acteurs sans autre outil théâtral que le jeu dans une très grande proximité du public disposé en quadri-frontal autour des acteurs. Après une tournée et une reprise au Théâtre de l’Aquarium en déc 2009 et au Festival d’Avignon en 2012, le spectacle connaît une nouvelle tournée (180 représentations à ce jour).

Entre 2009 et 2014, F.Rancillac l’invite à partager l’aventure artistique du Théâtre de l’Aquarium où Antoine partage la vie quotidienne du théâtre et y crée ses spectacles. Après la reprise de Roi Lear 4/87 en déc. 2009, il y crée dans les quatre espaces du théâtre Partage de Midi de Paul Claudel en mars 2010. Puis il met en scène Un Marie-Salope de J.P Queinnec au printemps 2011. Il crée Finnegans Wake chap.1 de James Joyce en janvier 2012. Il monte en mars 2013 l’opéra Lucia de Lammermoor  de Donizetti à L’apostrophe, scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d’Oise où il est en résidence jusqu’en 2013. Il crée Œdipe Roi de Sophocle, qu’il traduit, à l’automne 2013, en tournée à l’automne 2014. 

La Mort de Danton de G.Büchner est créée à Paris puis à Avignon en juillet 2015, en tournée durant les saisons 2016-17. En avril 2016 Cioran/Entretien, un entretien public donné par Cioran à Amsterdam en 1981, se crée au Théâtre de l’Atalante à Paris. 

Après avoir joué Roi Lear 4/87 et La Mort de Danton à Nouméa en Nelle Calédonie à l’invitation du Théâtre de l’Île, donné plusieurs masterclass pour les comédiens professionnels de l’île, Antoine est invité à y créer Vie et Mort de H… de Hanokh Levin en mars 2018.

Il prépare actuellement la création de Matin et Soir, œuvre non théâtrale de Jon Fosse.